OURMEL

OURMEL - "Soutien de stock et repeuplement de l'Ormeau en zone littorale bretonne et normande" est un projet FEAMP Mesure 26 innovation pêche coordonné par Sabine Roussel du LEMAR et qui impliquent quatre partenaires : des partenaires scientifiques avec l’Université de Bretagne Occidentale et l’Ifremer, le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Bretagne, ainsi qu’un centre technique régional, Synergie Mer et Littoral.

L’ormeau est un gastéropode marin dont l’espèce européenne, Haliotis tuberculata, est naturellement présente depuis la Normandie jusqu’en Afrique du Nord. Il est consommé depuis des siècles comme mets traditionnel en Asie. En Europe, il est essentiellement vendu pour la restauration haut de gamme ou pour une consommation traditionnelle en Bretagne. Or, les stocks d’ormeaux sauvages ont fortement diminué en France suite aux mortalités massives dues à la bactérie pathogène Vibrio harveyi. Le soutien de stock, qui consiste à augmenter ou maintenir les pêcheries de populations sauvages, et le repeuplement qui consiste à réimplanter des juvéniles de manière à rétablir des stocks disparus pourraient être des opportunités afin de développer l’activité autour de cette espèce emblématique des territoires breton et normand. L’implantation des ormeaux pour le soutien de stock est réalisée depuis de nombreuses années dans des pays comme le Japon, l’Australie ou l’Afrique du Sud. Cependant, la technique d’implantation de l’ormeau dans le milieu naturel n’est actuellement pas maîtrisée en France, ni le matériel associé à cette implantation. De plus, certains verrous techniques n’ont toujours pas été levés, avec une mortalité très importante lors de l’implantation. Il est donc nécessaire de tester la faisabilité de ces techniques à une échelle expérimentale et semi-commerciale en partenariat avec les pêcheurs professionnels et d’évaluer son intérêt économique avant de lancer un programme de plus grande envergure.

Ce projet aura donc pour objectif de mettre au point des procédés innovants d’implantation de jeunes ormeaux produits en écloserie afin de soutenir les stocks existants dans les zones où les ormeaux sont encore présents dans le milieu naturel, et d’implanter des ormeaux dans des zones dépeuplées suite à des épisodes de mortalité.

Afin de répondre à cet objectif, quatre phases ont été identifiées.

  1. La première tâche consistera à mieux comprendre la biologie et le mécanisme d’acclimatation de cette espèce à son environnement afin de réussir l’implantation et de réduire la mortalité post-transfert.
  2. La deuxième tâche consistera à minimiser l’impact du soutien de stock sur les populations sauvages existantes en vérifiant si les ormeaux implantés ne portent pas d’agents pathogènes et si la diversité génétique de ces juvéniles implantés ne risque pas d’altérer celle des populations sauvages.
  3. La troisième tâche consistera à produire des naissains issus de reproducteurs ayant survécu à Vibrio Harveyi et à effectuer des essais d’implantation à échelle semi-commerciale.
  4. La quatrième tâche consistera à réaliser la communication sur le projet à destination des professionnels, des scientifiques et du grand public.